Technique du MCC (Jean Desplan)


Bonsoir Madame, je vous en prie entrez et veuillez vous assoir là, je suis à vous dans quelques instants ; laissez-moi le temps de raccompagner cette demoiselle, je reviens aussitôt.

Oui donc Mademoiselle, je vous rappelle que je compte sur vous n'est-ce pas, pensez à réécouter votre nouvelle partition dermique et articulaire ; pratiquez au moins deux ou trois écoutes successives, de préférence le soir, dans l'obscurité, allongée sur votre lit, en paix.

Ecoutez, analysez, sentez et interprétez les répercutions de cette séance de Massage Corps Clavier de ce jour.

Allez ! Bon retour chez vous.

Ah, nous y voilà Madame !

C'est votre toute première séance de MCC je crois.

Nous avons un peu discuté par téléphone de cette discipline que j'exerce et qui semble-t-il, est fort appréciée par une certaine population en souffrance et désireuse d'aller au delà des thérapies psy en usage.

Ces séances de Massage Corps Clavier que je vous propose, je vous avais prévenue, ne sont pas anodines et sont susceptibles de provoquer en vous de troublantes réactions somatiques, pas forcément douloureuses ni gênantes, mais potentiellement bouleversantes.

A l'instar de toute tentative de catharsis.

Allez ! Assez parlé, place aux vibrations, à la musique.

Vous pouvez rester vêtue, ôtez seulement vos chaussures, allongez vous sur cette table, oui, sur le dos.

Là, bien.

Si je tiens compte de ce que vous m'avez dit de vous et de vos angoisses récurrentes qui peuvent parfois vous plonger jusque dans une terrible déréliction, je pense qu'il nous faut prendre le sujet à bras le corps et attaquer subitement, voyons… oui voilà, par l'Allegro en sol de Mozart.

Je vous avertis, je vais employer un tempo extrêmement vif et enlevé ainsi qu'un toucher percussif et profond, mode grande salle de concert avec acoustique sèche et dure.

Etes-vous prête Madame ? Non ne fermez pas les yeux et même si cela vous est possible, efforcez-vous de suivre avec moi le déroulement de la partition placée sur ce pupitre au dessus de votre ventre.

Ce premier thème, vous vous rendez compte que je le joue sur le haut de vos jambes, accentuant fortement les seconds temps de chaque mesure sur les triceps et attaches des muscles de la cuisse.

Oui effectivement, j'en suis désolé, mon toucher est un peu percussif et vos muscles ainsi que la rotule risquent d'être un peu malmenés. Ecoutez ce crescendo furioso qui descend jusqu'à la cheville.

Cela provoque une irradiation nerveuse, juste réaction non maîtrisable, sortes de spasmes, de la rotule gauche.

C'est là chose tout à fait normale. Ne vous en inquiétez point.

Ah! Voici le second thème, plus langoureux et plus tendre.

Il s'élève calmement et inexorablement, mes doigts remontent vers les aigües de votre aine, de votre hanche et cette superbe modulation en ré mineur, parfaitement inattendue reconnaissez -le, m'ouvre un arpège sub-pubien, d'une couleur plutôt mezzo piano e dolce, qui nous amène à ces octaves brisées d'un chromatisme échevelé qui interpelle votre plexus solaire.

Respirez, pensez bien à respiiiiirer Madame !

J'aborde à présent la coda qui, par la réunion des deux thèmes en une acmé plaintive, me permet ainsi de délivrer, de vous délivrer de l'ultime nœud qui étranglait votre vie. Je joue vos pommettes et zones sub-oculaires.

Voyez mon toucher est devenu large, profond et velouté, je sens votre derme se rassurer et sourire.

L'accord final pianissimo mais ferme et vibratoire, qui devrait s'épancher dans tout votre corps.

Soufflez. Joignez les mains. Murmurez Bravo et baissez les paupières.

A présent veuillez vous lever, placez-vous face à ce miroir, prenez la partition que je vous tends et saluez profondément.

Un mot... je vois qu'un mot caresse l'intérieur de vos lèvres, il provient des abysses de votre âme, murmurez-le trois fois de suite, lentement, partageons-le voulez -vous:

QUIETUDE ........QUIETUDE .......QUIETUDE......

Je vous laisse vous rechausser.

Non Madame, je vous l'ai dit, je n'accepte pas de rémunération financière.

Veuillez déposer votre offrande gourmande dans cette panetière.

Au revoir Madame, au plaisir.

Et n'oubliez pas : Réécoutez - analysez -sentez et interprétez .....

Docteur Johannes

Apaiseur

D.U. de M.C.C.

Posts récents

Voir tout

Ma chatte, son altesse. (MPG)

De loin je la regarde, alanguie sur le sofa rouge Œil mi-clot, prunelles oblongues Elle veille Le royaume qu’elle a conquis A petits coups de griffes et à grandes œillades Est celui de la maisonnée Il